constance lemuria

En Aparté avec Joelle Fabre de Lounge 8

Comment avez-vous découvert les Seychelles et qu'est ce qui a poussé à vous y installer ?

Joelle FabreC'est Alain, un ami d'enfance qui nous parlé des Seychelles pour la première fois il y a 10 ans de cela. En ce temps la, mon mari Jean Baptiste et moi, nous aimions beaucoup visiter les îles tropicales et pensions pouvoir poser nos valises sur une d'elles. Alain nous a alors présenté une affaire à Glacis, un hôtel en ruines abandonnées depuis longtemps. Et là on tombe immédiatement amoureux des Seychelles. On pense alors sérieusement à nous installer là-bas.

Et vous quittez votre vie en Europe comme ça ?

Il faut dire qu'à cette époque, la crise battait son plein en Belgique où nous habitions et en Europe en général. J'avais ma propre agence de prêt à porter et je représentais pas moins de 12 collections dans tout le Benelux. Jean Baptiste faisait son boulot d'architecte intérieur. Mais voila, l'appel du grand large était plus fort que nous et on a fait le grand saut ! Arrivés à la quarantaine, Jean Baptiste et moi-même avions un défi à relever sur nous-mêmes et sur la vie. On pouvait tout risquer à cet âge.

Et vous arrivez aux Seychelles avec quels projets dans vos valises ?

On voulait avoir notre propre restaurant parce que Jean Baptiste aimait bien faire la cuisine comme passe-temps et il aimait partager ce qu'il préparait. C'est son coté africain que d'être généreux, lui qui est métis zaïrois et italien !

Et quel restaurant vous vouliez avoir aux Seychelles ? s

Au début on avait pensé ouvrir une crêperie-sandwicherie mais après on s'est dit qu'on va faire plus que ça en bichonnant cet endroit face à la mer. On est parti sur quelque chose de zen et on voulait donner le nom de 'Nirvana' au restaurant. Malheureusement ce nom était déjà pris légalement aux Seychelles et pour contourner cet inconvénient on a pensé au chiffre 8 tout simplement. J'avais beaucoup étudié les livres sur le bouddhisme et je savais l'importance de ce chiffre qui est synonyme de porte-bonheur et prospérité. Le mot 'Lounge' est arrivé juste après pour régler un problème de traduction du chiffre 8 qui n'est pas le même bien entendu dans toutes les langues. Donc c'est devenu 'Lounge 8' comme c'est aujourd'hui ! On a articulé la déco et l'ambiance autour de ce thème avec nos 8 tables, nos huit cocktails, nos huit canapés-lits au Chill Out de la mezzanine…

Et la cuisine dans tout ça ?

Jean Baptiste a commencé à tester les produits locaux, à les affiner en cuisine, et à concocter une fusion. Il a voulu cuisiner autrement, servir autrement avec du luxe, du service et la qualité des produits. On a donc sorti notre menu surprise où nous servons 5 plats imposés tout en respectant les goûts et les interdits de chacun. On veut que le passage au Lounge 8 soit comme nulle part ailleurs. Aujourd'hui notre clientèle nous montre leur appréciation qu'ils soient touristes, expatriés ou seychellois. On commence à bien comprendre le concept et on en prend du plaisir.

C'est le bonheur quoi ?

Oui mais avec toujours le travail assidu derrière. On a bien galéré durant des années en voulant réaliser notre rêve et maintenant il faut maintenir le niveau de ce rêve que nous voulons partager avec les autres. Le bonheur c'est aussi d'avoir réussi tout en ayant nos deux enfants à côté de nous : Terrence le fils qui est en cuisine avec son père pour ajouter sa créativité et Soshana notre fille qui s'occupe de Chill Out 8. C'est maintenant une vraie affaire de famille !

Retour au restaurant Lounge 8